Debout l’échiquier!

Dimanche 23 novembre, il est 8h du matin. Nous partons avec Nimol en tuk-tuk au village. Un tuk-tuk est un tricycle motorisé cambodgien. Habituellement, Nimol emprunte la moto de son frère. Voilà deux semaines, qu’il est privé de moto parce que son frère l’utilise pour travailler. Ce qui n’arrange pas mon budget. Un aller-retour en moto me coûte environ 2 dollars, alors qu’en tuk-tuk, je dois dépenser 13 dollars. Croisons les doigts pour que ça ne se répète pas toutes les semaines. Malheureusement, rien ne se prévoit à l’avance ici. Je le saurais que samedi soir ou dimanche matin. La bonne nouvelle est que j’ai reçu l’échiquier mural. Nous avons pu faire un vrai cours d’échecs au village, grâce à l’échiquier et à l’implication personnelle de Nimol. Le professeur d’anglais était aussi parmi nous pour apprendre les échecs. Elle vit au village avec les enfants et pourra jouer avec eux pendant la semaine. Ce qui est génial, c’est que tout le monde s’entraide ici. Habituellement, les Khmers vivent et mangent en communauté. J’ai parfois l’impression qu’ils jouent aux échecs comme ils vivent, tous ensemble.

Comme prévu, je me retrouve chaque semaine avec plus d’élèves. Nous avons décidé avec Nimol de faire deux groupes de 11 élèves, soit 22 élèves. Voyons la semaine prochaine comment ca va se passer. Si les autres enfants viennent d’eux-mêmes, je me vois mal refuser l’accès à la classe d’échecs. “Patience” et ”improvisation” seront donc à l’ordre du jour…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s